Partagez sur :

Première exceptionnelle au Casino de Monte-Carlo 

Sous l'égide du designer bruxellois Charles Kaisin, et avec la complicité du Chef étoilé Marcel Ravin, le Casino de Monte-Carlo célèbre "l'Art du Jeu et le Jeu de l'Art" lors du dîner surréaliste donné le vendredi 28 avril 2017 dans la prestigieuse Salle Medecin.

Cette soirée incontournable a réuni autour de S.A.S. le Prince Albert II et de S.A.R la Princesse de Hanovre, plus de cent personnalités du monde du Jeu, des Arts, de l'Architecture, du Cinéma et du Sport.

Entrez dans ce moment de grâce, où l'excellence se loge non seulement dans l'assiette, mais également dans le décor, dans la valse des mets et dans le service.

Un dîner décliné autour de l'amour du Jeu, entre sens du merveilleux, humour et théâtralité. 

Le voyage commence dès l'Atrium où des geishas accueillent les convives au cocktail, puis les conduisent vers la scène de l'Opéra pour une visite intime. 

Les geishas invitent ensuite les invités à rejoindre la somptueuse Salle Medecin dans laquelle deux grandes tables noires se dressent au milieu des tables de jeux. 

Marcel Ravin entre en scène et offre aux convives les premiers délices. Sur les murs de la salle, se découvre, grâce à un effet domino, une immense fresque peinte à la main illustrant l'histoire de la Principauté.

La soirée se poursuit avec une parenthèse intemporelle. Déposées en calèche par un cheval brun, deux sopranos interprètent  Les Bacchanales de Villa Lobos. 

Du noir au rouge, la passion envahit la salle. Les serveurs vêtus d'une cape de la même couleur apportent la seconde entrée. 

En interlude, Raphaël Enthoven partage sa réflexion sur le sens du jeu. 

Nouveau changement de couleur, le vert naît sur les tables, celui du tapis de jeu, mais aussi du gazon d'un court de tennis évoquant le Monte-Carlo Rolex Masters. 

L'histoire se poursuit dans la même folie festive avec des joueurs de tennis qui envahissent la salle. 

Le plat principal arrive alors comme une évocation ludique du monde du jeu, les serveurs habillés avec des tabliers et masques à damiers noirs et blancs. Ils lèvent alors les cloches d'une assiette servie sur une roulette faisant délicatement tourner le plat. 

Le noir apparaît alors à nouveau, plongeant la salle dans le mystère. Coiffés d'emblématiques cartes de jeu lumineuses, les serveurs apportent le dessert signé Pierre Marcolini. Chaque assiette est munie d'une minuscule lumière et d'un fil de fer torsadé, qui, une fois éclairé, permet de lire un mot; un mot après l'autre pour former une phrase du fondateur de Monte-Carlo Société des Bains de Mer, François Blanc sur la passion du jeu. 

Fin du dîner, les tables de jeu ouvrent. Faites vos jeux, rien ne va plus.

Une apogée enchantée à un dîner féerique; "Ici, nous devons donner du rêve, des plaisirs et de la beauté" disait François Blanc en 1877. Charles Kaisin et Marcel Ravin ont réussi le pari de faire vivre cette magie dans un cadre d'exception. 

Entre tradition et réinvention, Monaco devient la plus belle destination de Jeu en Europe avec un savoir-faire unique. 

Suivez toute l’actualité du Casino de Monte-Carlo : 

 

Facebook Casino de Monte-Carlo